SYS-CON MEDIA Authors: Elizabeth White, Pat Romanski, Liz McMillan, Yeshim Deniz, Courtney Abud

Blog Feed Post

Entreprises et Cloud : deux démarches, deux visions différentes

 

CIO évenements Software Defined EverythingUn grand merci à Bertrand Lemaire et CIO-Online pour m’avoir invité à cette intéressante conférence, mardi 13 février 2018 dans la matinée.

Software Defined Everything : un titre un peu sibyllin, mais qui permettait de parler de beaucoup de sujets. Dans la pratique, l’essentiel des échanges c’est concentré sur les solutions de Cloud Computing.

Le grand témoin de cette manifestation était Jean-Christophe Laissy, DSI groupe de Veolia, nommé deux fois en 2017 DSI de l’année.

La conférence a commencé par la présentation de quelques résultats d’une enquête réalisée par CIO-online sur ces sujets.

J’en ai extrait un seul graphique, qui m’a fait sursauter tant les chiffres sont inquiétants :

  • 71 % des entreprises n’envisagent pas de basculer sur des infrastructures dans le Cloud Public. Oui, vous avez bien lu, les ¾, et nous sommes en 2018 !
  • 9 %, 9 % seulement, répondent oui à cette question.

CIO enquête migrer cloud public

J’ai choisi de ne pas commenter les intéressantes présentations faites par les fournisseurs sponsors de l’évènement : Veritas, Riverbed, Nutanix, Dimension Data et VMware.

Ce qui m’a passionné, et fasciné, ce sont les présentations faites par des organisations privées et publiques ; les différences d’approches étaient impressionnantes.

Deux groupes de responsables Systèmes d’Information se sont exprimés :

  • Les partisans des Clouds Privés.
  • Ceux qui ont fait le choix du Cloud Public.

 

Démarche Clouds Privés 

La majorité des DSI qui ont parlé appartiennent à ce groupe.

Step by StepUne remarque de Paul Cohen Scali, DSI du PMU, résume très bien cette démarche : «  On avance par étape, marche par marche ».

Le PMU a expliqué comment il s’était débarrassé de son Mainframe IBM :

  • Basculement sur des serveurs AIX/Unix, d’IBM.
  • Les mêmes applications historiques, Cobol, fonctionnent sur ces nouveaux serveurs.
  • Pour les nouveaux usages, tels que les paris sportifs on-line, le PMU a choisi de s’appuyer sur des applications de partenaires spécialisés.
  • Rien sur le Cloud Public pour le moment.

Faouzy Sefsaf, DSI de Nigay, entreprise leader du marché du caramel, a lui aussi choisi de rester dans des infrastructures internes, virtualisées.

Pierre-François Renard est responsable du stockage des données à la Société Générale. Il a clairement expliqué que la banque a fait le choix d’une démarche Cloud Privé. La gestion des différentes générations de solutions techniques de gestion des supports de stockage est, et restera complexe.

CIO Table ronde DSIEn fin de matinée, une table ronde regroupait trois responsables SI ; Laurent Dirson, de Nexity, fait partie des partisans du Cloud Public et j’en parlerai dans la deuxième partie de ce billet.

Les deux autres intervenants, Frédéric Soultanem, du Ministère de l’Agriculture et Lucien Foucault, du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, ont présenté un projet sur lequel ces deux ministères collaborent ; son nom : OSHIMAE : Offre de Service d’Hébergement Interministériel Agriculture Ecologie. Ce projet est l’un des lauréats du Programme d’investissements d’avenir « Transition numérique de l’État et modernisation de l’action publique ».

J’ai retenu plusieurs points dans cette présentation :

  • C’est un bon exemple de « cloud communautaire », avec deux ministères qui souhaitent partager une infrastructure commune. Une excellente initiative, à encourager.
  • On est sur des échelles de temps « longs » : OSHIMAE devrait être opérationnel en 2022 et le projet a été initialisé quand Nicolas Sarkozy était Président de la République.
  • L’un des objectifs du gouvernement est de réduire, très progressivement, le nombre de centres de calculs de l’état de 100 à 10.
  • Il s’agit, bien sûr, de construire des Clouds Privés.
  • L’un des arguments avancés pour ne pas choisir une solution de Cloud Public était « intéressant » : on ne va pas donner de l’argent public à des entreprises qui… ne paient pas leurs impôts en France.
  • Le gouvernement a commencé à utiliser un cloud public : devinez quel est le fournisseur choisi : Orange.

Pour ces organisations, et si l’on en croit les résultats du sondage déjà cité, elles sont largement majoritaires, les solutions Cloud Public ne seront pas dans leur radar avant longtemps.

 

Démarche Clouds Publics


Le contraste entre les discours était saisissant quand on écoutait ensuite Laurent Dirson de Nexity et Jean-Christophe Laissy de Veolia, qui ont fait le choix d’une démarche résolument tournée vers le Cloud Public.

DataCenterLess : sans centre de calcul. Cette expression, utilisée par ces deux décideurs, résume très bien leur démarche.
Gérer des infrastructures, des serveurs, des disques, des réseaux, ce n’est pas cela qui va nous apporter un euro de plus de chiffres d’affaires, qui va accroître notre compétitivité.

De la présentation de Nexity, j’ai retenu quelques idées fortes :

  • Nexity aura fermé son dernier centre de calcul en juin 2019.
  • Les applications historiques sans valeur métiers sont portées à l’identique sur les infrastructures IaaS des grands leaders, en « Lift & Shift ».
  • La virtualisation aujourd’hui, les containers de plus en plus, facilitent ces migrations et la possibilité d’utiliser des clouds publics différents.
  • Pour tous les usages transverses, Nexity choisit des solutions SaaS.
  • Les nouvelles applications créatrices de valeur sont développées avec des outils PaaS (Platform as a Service), sur des Clouds Publics.
  • 80 % du SI sera reconstruit dans les 3 ans qui viennent.
  • La gestion des infrastructures IaaS est un métier complexe, qui demande des compétences techniques et financières ; ce sont des profils difficiles à trouver.

Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler pour Nexity, mais j’ai découvert avec plaisir que Nexity utilisait le modèle B I S que je préconise depuis 3 ans.

C’est ce même modèle B I S qui est suivie par Veolia, société avec qui j’ai l’honneur de travailler depuis plusieurs années.

Les démarches suivies par Nexity et Veolia ont beaucoup de points communs, résumés dans ce graphique :

Conférence CIO - BIS IaaS paas saas

  • Usages B, cœur métiers : développées sur mesure en utilisant des solutions PaaS des grands acteurs du Cloud Public.
  • Infrastructures I : Les solutions IaaS sont utilisées en « Lift & Shift » pour des applications historiques. Veolia a migré tous ses serveurs SAP sur AWS en 6 mois et le nombre de serveurs nécessaires est passé de 600 en interne à 200/250 chez AWS. Les coûts de fonctionnement ont été réduits de 40 %.
  • Usages S, Support : recours systématique à des solutions SaaS. L’offre est très riche et permet de trouver des réponses de qualité.

CIO JCL En plus de son rôle de grand témoin et de commentateur des interventions, Jean-Christophe Lassy (à gauche sur la photo, avec Bertrand Lemaire) a aussi présenté quelques points forts de la stratégie Cloud Public de Veolia :

  • Veolia est un groupe très décentralisé ou chaque Business Unit a ses équipes informatiques ; il y a environ 2 300 informaticiens en interne.
  • La seule application commune, utilisée par plus de 100 000 clients internes, est G Suite de Google. Office et Active Directory seront éliminés et les Chromebooks généralisés.
  • Veolia sort 2000 serveurs de ses centres de calcul chaque trimestre.
  • Il devrait rester moins de 10 % des serveurs dans 3 ans, essentiellement des serveurs utilisés pour des taches techniques.
  • Le point d’arrivée commun en 2020 est le même pour toute l’entreprise ; par contre, le chemin pour y arriver est spécifique pour chaque BU, en fonction de sa situation de départ.
  • La gestion des deux clouds publics, GCP et AWS, demande de fortes compétences « FinOps », financières et opérations, à la fois architectes techniques et gestionnaires de contrats.
  • En acceptant des niveaux de SLA plus raisonnables pour des applications non critiques, on peut réduire fortement les coûts de fonctionnement, parfois dans un rapport 10 !

Le message de Jean-Christophe Laissy qui a le plus surpris les participants concerne… la sécurité. Il a expliqué qu’il ne pouvait pas garantir la sécurité du SI de Veolia à sa DG quand des centaines de personnes, dans des dizaines de sites différents, sont chargées de la sécurité. A l’inverse, avec AWS et GCP, la sécurité est garantie dans le monde entier, avec leurs équipes de plusieurs centaines de personnes, parmi les meilleures au monde.

 

Résumé

Je respecte les organisations qui font le choix d’une démarche Cloud Privé ; mon éthique m’interdit de les aider à aller dans une direction que je considère comme très dangereuse pour leur avenir et leur survie.

J’accompagne par contre avec beaucoup de passion et d’énergie les organisations qui ont le courage de choisir la voie, plus difficile, qui mène à des solutions Cloud Public pour les infrastructures et les usages.

S’il n’y avait qu’une seule idée à retenir de cette matinée passionnante, ce serait : le fossé qui existe entre les partisans du Cloud Privé et ceux du Cloud Public est très profond !

Blog CIO crevasse Cloud Public  Privé

Les fournisseurs qui se sont exprimés pendant cette réunion ont tous utilisé l’expression « Cloud Hybride », supposé être une passerelle entre ces deux mondes.

Après avoir écouté les exposés des entreprises présentes, j’ai bien compris que le pont « Cloud Hybride » est une fiction ; il sera aussi fréquenté qu’une autoroute à 6 voies qui serait construite entre la Corée du Nord et la Corée du Sud !

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.

Latest Stories
Using serverless computing has a number of obvious benefits over traditional application infrastructure - you pay only for what you use, scale up or down immediately to match supply with demand, and avoid operating any server infrastructure at all. However, implementing maintainable and scalable applications using serverless computing services like AWS Lambda poses a number of challenges. The absence of long-lived, user-managed servers means that states cannot be maintained by the service. Lo...
With the new Kubernetes offering, ClearDATA solves one of the largest challenges in healthcare IT around time-to-deployment. Using ClearDATA's Automated Safeguards for Kubernetes, healthcare organizations have access to the container orchestration to dynamically deploy new containers on demand, monitor the health of each container for threats and seamlessly roll back faulty application updates to a previous version, avoid system-wide downtime and ensure secure continuous access to patient data.
As Apache Kafka has become increasingly ubiquitous in enterprise environments, it has become the defacto backbone of real-time data infrastructures. But as streaming clusters grow, integrating with various internal and external data sources has become increasingly challenging. Inspection, routing, aggregation, data capture, and management have all become time-consuming, expensive, poorly performing, or all of the above. Elements erases this burden by allowing customers to easily deploy fully man...
Applications with high availability requirements must be deployed to multiple clusters to ensure reliability. Historically, this has been done by pulling nodes from other availability zones into the same cluster. However, if the cluster failed, the application would still become unavailable. Rancher’s support for multi-cluster applications is a significant step forward, solving this problem by allowing users to select the application and the target clusters, providing cluster specific data. Ranc...
StackRox helps enterprises secure their containerized and Kubernetes environments at scale. The StackRox Container Security Platform enables security and DevOps teams to enforce their compliance and security policies across the entire container life cycle, from build to deploy to runtime. StackRox integrates with existing DevOps and security tools, enabling teams to quickly operationalize container and Kubernetes security. StackRox customers span cloud-native startups, Global 2000 enterprises, a...
With the rise of Docker, Kubernetes, and other container technologies, the growth of microservices has skyrocketed among dev teams looking to innovate on a faster release cycle. This has enabled teams to finally realize their DevOps goals to ship and iterate quickly in a continuous delivery model. Why containers are growing in popularity is no surprise — they’re extremely easy to spin up or down, but come with an unforeseen issue. However, without the right foresight, DevOps and IT teams may lo...
JFrog, the DevOps technology leader known for enabling liquid software via continuous update flows, was honored today with two prestigious awards as part of DevOps.com's annual DevOps Dozen. The awards recognized both JFrog Artifactory as the "Best DevOps Commercial Solution" and JFrog Co-Founder and CEO, Shlomi Ben Haim, as the "Best DevOps Solution Provider Executive". DevOps.com holds the DevOps Dozen awards annually to recognize the best of the best in the global DevOps marketplace.
Docker and Kubernetes are key elements of modern cloud native deployment automations. After building your microservices, common practice is to create docker images and create YAML files to automate the deployment with Docker and Kubernetes. Writing these YAMLs, Dockerfile descriptors are really painful and error prone.Ballerina is a new cloud-native programing language which understands the architecture around it - the compiler is environment aware of microservices directly deployable into infra...
DevOps is under attack because developers don’t want to mess with infrastructure. They will happily own their code into production, but want to use platforms instead of raw automation. That’s changing the landscape that we understand as DevOps with both architecture concepts (CloudNative) and process redefinition (SRE). Rob Hirschfeld’s recent work in Kubernetes operations has led to the conclusion that containers and related platforms have changed the way we should be thinking about DevOps and...
Signs of a shift in the usage of public clouds are everywhere Previously, as organizations outgrew old IT methods, the natural answer was to try the public cloud approach; however, the public platform alone is not a complete solutionThe move to hybrid, custom, and multi-cloud will become more and more prevalent At the heart of this technology trend exists a custom solution to meet the needs and concerns of these organizations, including compliance, security, and cost issues Blending Ser...
When a company wants to develop an application, it must worry about many aspects: selecting the infrastructure, building the technical stack, defining the storage strategy, configuring networks, setting up monitoring and logging, and on top of that, the company needs to worry about high availability, flexibility, scalability, data processing, machine learning, etc. Going to the cloud infrastructure can help you solving these problems to a level, but what if we have a better way to do things. ...
Cloud-Native thinking and Serverless Computing are now the norm in financial services, manufacturing, telco, healthcare, transportation, energy, media, entertainment, retail and other consumer industries, as well as the public sector. The widespread success of cloud computing is driving the DevOps revolution in enterprise IT. Now as never before, development teams must communicate and collaborate in a dynamic, 24/7/365 environment. There is no time to wait for long development cycles that pro...
Docker is sweeping across startups and enterprises alike, changing the way we build and ship applications. It's the most prominent and widely known software container platform, and it's particularly useful for eliminating common challenges when collaborating on code (like the "it works on my machine" phenomenon that most devs know all too well). With Docker, you can run and manage apps side-by-side - in isolated containers - resulting in better compute density. It's something that many developer...
The KCSP program is a pre-qualified tier of vetted service providers that offer Kubernetes support, consulting, professional services and training for organizations embarking on their Kubernetes journey. The KCSP program ensures that enterprises get the support they're looking for to roll out new applications more quickly and more efficiently than before, while feeling secure that there's a trusted and vetted partner that's available to support their production and operational needs.
In a recent survey, Sumo Logic surveyed 1,500 customers who employ cloud services such as Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure, and Google Cloud Platform (GCP). According to the survey, a quarter of the respondents have already deployed Docker containers and nearly as many (23 percent) are employing the AWS Lambda serverless computing framework. It's clear: serverless is here to stay. The adoption does come with some needed changes, within both application development and operations. Th...